Après l’incendie de 1978, la municipalité dirigée alors par M. Moine, a pendant près de 10 ans associé l’APE aux plantations sur la zone de la Renardière. La commune a financé le travail de l’ONF et les bénévoles de l’APE animaient les activités de plantation avec les enfants des écoles. Quelles Mandréennes ou quels Mandréens aujourd’hui adultes ne s’en souviennent ? 

Voici un petit film tourné par l’un de nos adhérents où chacun pourra se reconnaître avec ses copains au côté de M. le Maire de l’époque, de l’officier représentant la Marine et de M. le Curé car bien évidemment tout le village se retrouvait uni pour le bien commun qu’est notre forêt.

vignette submersionEn août 2018, l’APE a produit une note d’information intitulée « Cartographie prévisionnelle de l’élévation du niveau de la mer et de son impact sur le littoral de la presqu’île de Saint Mandrier ». Des questions nous sont posées sur les conséquences de la remontée du niveau des mer que nous abordons en fin de la note. De nombreux acteurs de la région Provence Méditerranée qui assurent la sécurité des populations exposées de cette région précisent le risque de submersion pour la presqu’île de Saint Mandrier que nous présentons dans cette nouvelle note à télécharger ici.

Carte submersion

Note APE transgression marine 20180828CL'histoire du climat de l'ensemble de la planète est marquée par une alternance de phases de réchauffement et de glaciation ponctuant des changements climatiques successifs. De façon concomitante, à cette échelle des temps géologiques, les scientifiques ont mis en évidence une élévation du niveau de la mer lors des phases de réchauffement. L'élévation du niveau marin est en effet une des conséquences du réchauffement climatique. La note à télécharger en cliquant ici présente une première cartographie des zones littorales de la presqu’île de saint Mandrier vulnérables à la transgression marine qui résultera de l’élévation du niveau des mers prévue par les modèles climatiques.

Saint Mandrier Carte Geologique 3 ILES 1Cette cartographie montre qu’à l’horizon 2100 la transgression marine aura un impact significatif sur la presqu’île en l’isolant progressivement du continent provençal, en la fragmentant en 3 îles, en réduisant significativement les surfaces de terre les plus urbanisées et où sont installées les rares espaces à vocation économique.

Ce mercredi 18 juillet 21018, un adhérent de l'APE a observé en fin d'après-midi une raie nageant près de la surface dans le port de Saint Mandrier. A la vue de la silhouette avec une longue queue et de sa couleur uniforme sombre, d'une largeur d'environ 50 cm, cela pourrait être une raie pastenague violette dont le nom scientifique est Pteroplatytrygon violacea.
Cette observation confirme la richesse de la biodiversité de notre presqu'île avec cette espèce de raie qui a été inclue dans la famille des Dasyatidae de l'ordre des Myliobatiformes. C'est une espèce indigènes de nos côtes méditerranéennes. Elle se nourrit de méduses, calamars, crabes, crevette et de poissons. 
Elle a été classée par le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) dans les espèces considérées comme quasi menacées, c'est à dire parmi les espèces proches du seuil des espèces menacées ou qui pourrait être menacée si des mesures de conservation spécifiques n’étaient pas prises (pour plus de détails: Liste_rouge_Requins-et-raies_de_metropole_17_dec_2013.pdf).

Les raies pastenagues ne sont pas des animaux agressifs mais il faut éviter de les effrayer car leur caudale est équipée d‘un aiguillon caduque dentelé possédant des glandes à venin. Elles l’utilisent pour se défendre ou lorsqu’elles se croient menacées comme par exemple lorsqu’on leur marche dessus quand elles sont enfouies dans le sable.

L’aiguillon effilé pénètre facilement dans la peau où il injecte un venin qui entraîne immédiatement une très vive douleur qui s’amplifie dans les deux heures qui suivent. La piqure peut entraîner des malaises allant jusqu’à la perte de connaissance. Lorsque l’aiguillon est planté profondément, à la façon d’un harpon l’orientation des dentelures empêche son retrait. il ne faut pas essayer de le retirer car on risque de déchirer profondément les tissus de la peau et du muscle. Il devra être retirer par chirurgie. Comme de nombreux venins, celui des raies est thermolabile et est inactivé à partir de 50°C. L’immersion de la zone atteinte dans de l’eau chaude inférieure à 50°C (pour éviter les brûlures) pendant au moins trente minutes inactive le venin. L’extrémité d’une cigarette incandescente peut être approchée jusqu’à quelques millimètres de la plaie avec des mouvements de va-et-vient pour inactiver le venin mais surtout sans toucher la peau pour éviter les brûlures. Pour éviter les complications consultez très rapidement un médecin qui vous expliquera les soins locaux et la surveillance de la plaie et pourra prescrire un antibiotique.

N'hésitez pas à nous reporter toutes observations intéressantes, avec une photographie si possible, concernant l'environnement de la presqu'île.
Raie Port2
23 juillet: nouvelle observation d'une raie, la couleur violette ne fait plus de doute, c'est bien une raie pastenague.
20180723a
 

Les données  INSEE du 19/09/2017 à télécharger sur leur site : Préserver la biodiversité reste un enjeu majeur

Voir ci-après les commentaires de la LPO PACA.