La vocation de l’APE est résumée dans son nom : protection de l'environnement et amélioration du cadre de vie de la presqu’ile. Ces valeurs sont celles partagées par ses adhérents. Nous avons donc été particulièrement touchés ce lundi 29 juillet par l’incendie dramatique qui a détruit une grande partie de la forêt de Saint-Mandrier. Depuis près de 30 ans, c’est en effet, l’ADN de l’APE de défendre, avec d’autres associations et organisations, le patrimoine naturel et culturel de la presqu'île, ses paysages, sa qualité de vie pour le bien commun et les générations futures. Aussi, l’APE à immédiatement transmis son soutien à nos amis du Conservatoire du littoral avec lesquels nous nous sommes battus pour que l’ermitage reste un domaine agricole et ne soit pas urbanisé.

La protection de l’environnement de la commune déjà très, trop urbanisée doit être l’objet d’une gestion particulièrement rigoureuse dans le contexte géographique d’une petite presqu’ile où s’entremêlent les zones naturelles, industrielles et urbanisées. Le strict respect des règles de protection de l’environnement, celles de la protection des forêts comme celles de la mise en sécurité des personnes et des habitations telles que définies par la loi, est notre credo et ce depuis des années. L’APE n’a jamais hésité à aller devant les tribunaux pour les faire respecter et continuera à le faire.

Suite aux 19951100 Nov Bul44 vincendies passés du massif forestiers de la presqu’île nous avons participé pendant des années aux actions de reboisement. Depuis de nombreuses années, nous avons régulièrement rappelé dans nos bulletins les règles de protection de la forêt contre les incendies : débroussaillage, interdiction de fumer, demandé la limitation d’accès aux massifs forestiers et soutenu le pré-positionnement d’un détachement d’intervention de sapeurs-pompiers au stade Max Juvénal à Pin-Rolland (voir par exemple le bulletin APE N°44 - 1995).

Les départs de feux survenant le plus souvent en bordure de route ou de lotissement, dans le passé l’APE a fait annuler par la justice des projets de voies de dessertes de lotissements au travers du massif forestier de la Renardière. L’APE se bat également contre les projets favorisant l’urbanisation en bordure de ce massif alors que la voie d’accès (le chemin des roses) est insuffisante et contre le nouveau PLU qui prévoit près de 1 000 habitants supplémentaires à St-Mandrier, une augmentation de 20 % de la population aggravant les problèmes de circulation et de sécurité sur la presqu’île.

Dans l’édition Var-Matin du 31 juillet 2019, M. le Maire de Saint-Mandrier, sans rapport avec la question de la responsabilité du départ de feu, exprime sa « rage, aussi, contre ces Ayatollah de l’écologie… » en précisant qu’il « les désignerait pour qu’ils rasent les murs quand ils oseront sortir de chez eux ». La virulence des propos et les menaces prononcées contre nos concitoyens sont peut-être dues au contexte très délicat dans lequel se trouve Monsieur le Maire, premier magistrat chargé de faire respecter les règles concernant la sécurité des habitants de Saint Mandrier.

En effet, sous ses mandatures, 38 incendies ont ravagé 72 hectares d’espaces naturels de la presqu’ile et le nouveau plan local d’urbanisme (PLU) adopté en 2017 prévoit de détruire plusieurs dizaines d’hectares supplémentaires d’espaces naturels. C’est d’ailleurs pour éviter cette destruction par une urbanisation excessive non justifiée que l’APE a déposé un recours en annulation du PLU devant le tribunal administratif de Toulon. L’APE demande que soient rectifiés les écarts à la loi sur la protection de l’environnement constatés sur les zones promises à l’urbanisation.

Au lieux de rassembler les Mandréens dans ce moment tragique qui nous affecte tous, cette « rage » exprimée contre nos concitoyens montre bien toute l’actualité du bilan annuel de l’ONG Global Witness publié ce mardi 30 juillet 2019 qui indique qu’en « 2018, au moins 164 défenseurs de l’environnement sont morts en se battant contre des projets miniers, forestiers ou agro-industriels » et que « d’innombrables autres ont été réduits au silence à travers le monde par la violence, l’intimidation et l’utilisation ou le dévoiement de lois anti-manifestation. »

Depuis près de deux ans que je préside l’APE, je n’ai jamais rencontré d’Ayatollah au sein de l’association ni auprès des habitants de Saint-Mandrier, uniquement des personnes très sensibles aux valeurs que sont la protection des patrimoines naturel et culture de la presqu’ile ainsi que la transmission de ces valeurs aux plus jeunes.  J’ai une pensée respectueuse pour toutes les personnes engagées sur la presqu’ile et ailleurs à faire valoir un droit que nous, Français, avons inscrit en 2005 dans notre constitution, via la Charte de l’environnement, à savoir celui qui consacre le droit de chacun à "vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé".

Je n’oublierai pas la solidarité des sapeurs-pompiers du Var, des personnels de la flotte de la Protection civile, des bénévoles du Comité Communal des Feux de Forêt et des volontaires anonymes qui se sont battus, avec courage et détermination, pour défendre nos habitations et sauver une partie du cœur vert de notre presqu’ile. Qu’ils soient ici à nouveau remerciés. Aujourd’hui, un pilote de Tracker de la Sécurité civile a perdu tragiquement la vie alors qu'il combattait un incendie dans le Gard. Nous saluons le courage de cet homme qui a laissé sa vie dans la lutte contre ces terribles incendies et nous présentons nos sincères condoléances à sa famille.

Bien à vous tous

Dominique CALMET - Président de l’APE

Post-scriptum : Les experts de la cellule Vulcain spécialistes des feux de forêts ont confirmé le départ de feu au niveau du Petit Pin-Rolland, en limite de la forêt. Le feu est ensuite remonté par les espaces forestiers non habités jusqu’à la Renardière pour redescendre ensuite dans le vallon de la Coudoulières. Son origine serait le résultat d’une action humaine. Cependant, n’ayant pas trouvé trace de produits incendiaires, les experts ne se sont pas prononcés sur un départ accidentel ou volontaire de l’incendie. Ils établiront les responsabilités et certainement proposeront des mesures pour améliorer le système de défense de la forêt mandréenne.