Depuis 1983, soit 40 ans, notre association est chaque jour sur le terrain pour gagner de précieuses victoires pour l’environnement, pour la presqu’ile. Notre indépendance est le gage de notre liberté de parole et d'action, en tous lieux et en toutes circonstances. Garantissez notre indépendance et gagnez les victoires de demain avec nous ! Adhérez et Faites un don !

Ce 26 novembre, l’APE vous a proposé notre avant-dernière conférence de l’année : Protéger la biodiversité présentée par M. Dominique CALMET. Vous avez été plus de 30 à vous déplacer à l’atelier balthazar pour écouter et échanger sur ce sujet. Merci à vous pour la qualité des échanges et bienvenue aux nouvelles et nouveaux adhérent.e.s !

zrIMG 20221126 180527 

zrIMG 20221126 180714

Nous publions aujourd’hui notre compte-rendu.

1/ Les constats : l’érosion de la biodiversité

Après un rappel des définitions de la biodiversité, Dominique, a présenté les informations scientifiques les plus représentatives disponibles tant au plan planétaire, méditerranéen, que pour notre région PACA et la presqu’ile.

La biodiversité, c'est le tissu vivant de notre planète. Mais, quel que soit le niveau géographique : le constat chiffré est sans appel : les données disponibles vont toutes dans le même sens, celui de l’érosion du nombre d’espèces. Ce constat géographique concerne tant les espèces de plantes que d’animaux.

2/ La probabilité d’une nouvelle extinction de masse des espèces

La présentation des précédentes extinctions de masse des espèces constatées au cours des temps géologiques a permis aux participants de situer l’importance inquiétante de l’érosion en cours de la biodiversité.

3/ Les causes de l’érosion de la biodiversité

Les scientifiques ont établi que l’érosion actuelle est largement attribuable aux activités humaines :

  • la destruction-artificialisation et la fragmentation des milieux naturels liées notamment, à l’urbanisation et au développement des infrastructures de transport,
  • la surexploitation d’espèces sauvages : surpêche, déforestation braconnage, etc.,
  • les pollutions de l’eau, des sols et de l’air,
  • l’introduction d’espèces exotiques envahissantes,
  • le changement climatique qui peut s’ajouter aux autres causes et les aggraver. Il contribue à modifier les conditions de vie des espèces, les forçant à migrer ou à adapter leur mode de vie.

Dominique a illustré ces différentes causes et conséquences par des exemples pris sur la presqu’ile.

4/ Comment éviter le pire et limiter l’érosion de la biodiversité ?

De nombreux instruments juridiques sont d’ores et déjà disponibles pour que chacun s’engage dans la protection de la biodiversité dont les principaux ont été présentés par Dominique. Il a relié les actions de l’APE avec la nécessité d’agir urgemment pour protéger la biodiversité locale en traitant en particulier le cas des surfaces de Posidonies qui régressent sous l’effet des stress causés par les activités humaines et une gestion inadaptée des plages.

COP Il faut agi

Les Cop se suivent et se ressemblent : il faut agir !

 Dominique a montré que le changement climatique et l’érosion de la biodiversité sont deux crises intimement liées.

5/ Commentaires et interventions

Les échanges sur l’érosion progressive de la biodiversité de la presqu’ile et l’impact éventuel des pollutions sur la santé ont fait l’objet d’échanges entre les participants.

À l’issue de la réunion, il a été annoncé que l’APE organiserait un « Atelier la Fresque du climat » ce 13 décembre 2022 à l’atelier balthazar.