Depuis 1983, soit près de 40 ans, notre association est chaque jour sur le terrain pour gagner de précieuses victoires pour l’environnement, pour la presqu’ile. Notre indépendance est le gage de notre liberté de parole et d'action, en tous lieux et en toutes circonstances. Garantissez notre indépendance et gagnez les victoires de demain avec nous ! Adhérez et Faites un don !

Ci-dessous, le texte envoyé par mail début août 2018 aux signataires de la pétition.

 

Chers signataires,

En 2017 vous avez été plus de 1000 à avoir signé la pétition que l’APE a fait circuler pour sauvegarder le vallon de Cavalas menacé par l’urbanisation prévue dans le nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la commune de Saint-Mandrier-sur-Mer. Nous vous en remercions et revenons vers vous pour vous informer des actions menées à ce sujet par l’APE.

Cette pétition demandant l’abandon du projet immobilier a été transmise en novembre 2017 à M. Jean-Luc Videlaine Préfet du Var, à M. Nicolas Hulot Ministre de la Transition écologique et solidaire, à Mme Françoise Parly Ministre des Armées, à M. Karmenu Vella Commissaire européen à l’Environnement et à M. Gilles Vincent Maire de Saint-Mandrier-sur-Mer. Nous avons reçu les courriers accusant réception de notre pétition et de son examen par les services du Préfet, des Ministres et du Commissaire européen.

Aujourd’hui, grâce à vous qui avez soutenu cette pétition, à l’action du Collectif d’intérêt local de Cavalas et à une large mobilisation des mandréens lors de l’enquête publique, le projet immobilier (OAP de Cépet) a été revu à la baisse par la municipalité dans son PLU définitif : l’emprise sur la forêt a été un peu diminuée et la construction d’immeubles a été limitée à des bâtiments à 1 seul étage (R+1) au lieu de 2 (R+2) ou de 3 étages (R+3).

 PLU projet (décembre 2016)
190 logements
Immeubles de 1 à 3 étages
(2 à 4 niveaux)
 

PLU approuvé (novembre 2017)
101 logements + équipements
Immeubles de 1 étage
(2 niveaux)

20180802avant  20180802apres 


Mais le vallon de Cavalas est toujours menacé d’une urbanisation inacceptable dans un site naturel particulièrement sensible et très vulnérable aux modifications humaines. La préservation de ce vallon est essentielle pour le maintien de la biodiversité sur le territoire de la commune, la survie de son littoral sauvage, la conservation de notre cadre de vie et le maintien de son attrait pour tous ceux qui viennent dans notre commune partager notre passion pour la nature.

L’APE maintient donc ses demandes d'abandonner ce projet d’urbanisation et de renaturaliser le parking inutilisé comme mesure compensatoire des constructions récentes réalisées sur le site. La voie de la concertation n’ayant pas réussi à convaincre la municipalité, l’APE a déposé un recours en annulation contre le PLU auprès du Tribunal administratif de Toulon, demandant en particulier l’annulation de l’ouverture à l’urbanisation du vallon de Cavalas.

Une nouvelle bataille est donc engagée mais dans un nouveau contexte. En effet, "dans une logique globale de lutte contre l’étalement urbain" le plan Biodiversité présenté début juillet par le gouvernement prescrit des mesures pour "limiter la consommation d’espaces naturels, agricoles et forestiers pour atteindre l’objectif de zéro artificialisation nette".

Nous espérons dans le futur que toujours plus de personnes comme vous auront le courage de s'engager pour la préservation de l'environnement et la qualité de vie de notre presqu'île, et que vous resterez mobilisés aux côtés de l’APE pour sauver le vallon de Cavalas de toute nouvelle construction.

N'hésitez pas à continuer à faire signer la pétition sur le site de l’APE : http://www.ape83430.fr.

Cordialement, le bureau de l’APE