Préservons nos espaces naturels

Aujourd'hui, ensemble nous pouvons arrêter ces projets immobiliers anachroniques

Mobilisez vous, que vous soyez de Saint-Mandrier ou d'ailleurs

SIGNEZ ET FAITES SIGNER CETTE PETITION !

En ligne ci-dessous ou la version papier

Signataires en ligne: N'oubliez pas de valider votre signature en cliquant sur le lien reçu par mail !

Stop au bétonnage de Saint-Mandrier

[*] champs obligatoires
[1] not displayed publicly

Signataires en ligne: N'oubliez pas de valider votre signature en cliquant sur le lien reçu par mail !

En été, Saint-Mandrier accueille jusqu’à 22 000 habitants sur une superficie de 2.30 km² pour la partie civile (44.9% du territoire de la presqu'île d'après le rapport de présentation du PLU approuvé en novembre 2017), soit une densité de 9 565 habitants/km2. La densité de population de Saint-Mandrier devient l’une des plus élevée de France.

A titre de comparaison, la superficie de la partie civile de Toulon (93% du territoire de la commune en ne comptant pas les 7% occupés par la base navale) est d'environ 40 km² pour une population de 169634 habitants, population qui augmente d'environ 10% en été en raison du faible taux de résidences secondaires 3.1%, soit une densité estivale de 4664 habitants/km². 

En hiver que se passe-t-il ? Le nombre d’habitants de Saint-Mandrier est déjà de 5 787 habitants.

Camembert 

Un parc immobilier déjà déséquilibré:

Les résidences secondaires représentent plus de 46% du nombre total de logements dont 75% d’appartements. Des records pour les communes de TPM et d’ores et déjà un pourcentage d’appartements plus élevé qu’une ville comme Toulon

De plus, 10% des logements sont vacants ou en vente.

POURQUOI ALORS DEVELOPPER UN PARC IMMOBILIER DEJA SURDIMENSIONNE EN SACRIFIANT DES ZONES NATURELLES ET AGRICOLES ?

Saint-Mandrier est la plus petite commune de France en superficie. Notre patrimoine naturel est restreint et nos infrastructures inadaptées à la surpopulation estivale, ce qui ENGENDRE :

  • l’augmentation de la circulation routière sur un réseau déjà saturé et celle des nuisances sonores,
  • l’aggravation de la pollution atmosphérique qui se rajoute à celle provoquée par les bateaux de croisières,
  • la saturation des réseaux d’eaux pluviales et usées avec pour conséquence la pollution des eaux de baignade,
  • le sous-dimensionnement des transports publics déjà indigents, etc.
monstre petition 

LES ESPACES NATURELS SONT INDISPENSABLES A NOTRE BIEN-ETRE.


ILS CONTRIBUENT A AMELIORER LA QUALITE DE L’AIR QUE NOUS RESPIRONS :
IL EST ESSENTIEL DE LES PRESERVER ! 

Le 2 février 2018, l’APE a déposé un recours en annulation du Plan local d’urbanisme (PLU) auprès du tribunal administratif de Toulon.

Sans attendre la décision du tribunal la commune a délivré deux permis de construire pour 393 logements (136 Port Pin Rolland et 257 Pin Rolland) soit plus de 30 000 m² BETONNES dans une zone déclarée submersible par le Préfet et inondable : 225 logements sociaux collectifs à l’entrée de Pin Rolland sont concernés.

Au lieu de s’inscrire dans un programme de rénovation urbaine cohérent pour l’ensemble de la commune, la construction de ces logements contribue aujourd’hui au bétonnage des zones naturelles préservées.

Votre mobilisation a permis à l’APE de sauver les domaines de l’Ermitage au village et de la propriété Fliche au Pin Rolland de l’appétit des promoteurs. Le bétonnage de la presqu’île n’est donc pas une fatalité !

Les signataires de cette pétition demandent l’arrêt des projets immobiliers prévus dans le PLU et la révision du PLU pour supprimer les programmes d’urbanisation impactant les zones naturelles : OAP Pin Rolland, OAP Cavalas et zone de la Coudoulière.

Cette pétition sera transmise à Monsieur le Maire de Saint Mandrier, à Monsieur le Préfet du Var, au Ministre de la Transition écologique et solidaire et au ministre des Armées.

Ci-après, les observations de l'APE sur la modification du n°1 du PLU approuvé en décembre 2017, observations déposées lors de l'enquête publique du 26 novembre au 28 décembre 2018.

OBSERVATIONS DE L’APE SUR LA MODIFICATION N°1 DU PLU

L’APE est favorable aux principales modifications proposées dans la modification N°1 du PLU et souhaiterait que les modifications du PLU intègrent les observations de l’APE sous forme des propositions énoncées ci-dessous.

L'avis de des Services de l'Etat en date du 31 mars 2017 sur le projet de PLU de la commune: Comme en 2006, cet avis rejoint sur bien des points celui de l'APE en matière de préservation des paysages et de l'Environnement.

Ci-après, l'avis de l'APE figurant dans le dossier de l'enquête publique.

 

I - Sur le choix de développement démographique fait par la commune

L’APE ne peut approuver le scénario de développement choisi par la commune qui, au prétexte de renouer avec la croissance démographique, a prévu de sur-urbaniser la presqu’île par la construction rapide et excessive de logements neufs alors même qu’elle possède déjà un réservoir de logements suffisant.

Cette augmentation excessive de la population ne peut que porter atteinte à la qualité de vie des Mandréens et à l’attrait touristique de la commune.

1) Choix d’un scénario de développement non justifié, incohérent au regard l’évolution démographique de la commune :

En effet, alors que l’évolution démographique tendancielle annuelle de la commune de St-Mandrier est estimée à 0,86 %, le projet de PLU choisit d’adopter le scénario de développement le plus important, basé sur l’indice de prévision de croissance du département du Var qui est de + 0,50 % (celui de la Métropole étant de 0, 14%).

Ce choix est donc en contradiction avec l’évolution démographique réelle de la commune de St Mandrier, qui contrairement au département du Var dans son ensemble, enregistre une décroissance continue de la population depuis 1999, avec un solde migratoire et une variation de la population sédentaire négatifs. Cela alors que le P.O.S. en vigueur était déjà depuis 1992 en mesure de répondre aux prétendus besoins en logements.

L’objectif de renouer avec la croissance démographique ne justifie donc pas un tel choix de développement, qui est disproportionné sur une commune déjà très fortement urbanisée (en particulier sur la partie civile de la commune où sont concentrés les projets immobiliers), où les terrains militaires interdits d’accès et non soumis aux PLU pour les équipements nécessaires à la Défense occupent près de la moitié du territoire et du linéaire côtier.

Ensemble, sauvons le vallon de Cavalas sur la presqu’île de Saint Mandrier (VAR) entre le Cap Sicié et les iles d’Or (Sites Natura 2000)

Plage Cavalas Vallon Cavalas

Le vallon de Cavalas, l’un des plus beaux espaces naturels de la presqu’île de Saint Mandrier, est menacé par l’urbanisation prévue dans le projet de PLU de la commune.

Sur ce territoire petit et fragile, emblématique de la rade de Toulon et du littoral varois, le nouveau Plan Local d’Urbanisme (PLU) prévoit la création à court terme de 750 logements neufs sur la commune (+ 25% de population) ! Pour trouver les terrains nécessaires à leurs projets, élus et promoteurs empiètent sur les sites naturels restants qu’ils voient en réserve de foncier plutôt qu’en réserve de biodiversité.

Dernière zone humide riche en biodiversité sur la côte sud de la presqu’île, le vallon de Cavalas, son cannier et sa plage naturelle, sont mis en danger par un projet immobilier de 190 logements le long du vallon sur son versant est.

Ce programme immobilier est une aberration urbanistique, écologique et touristique :

  • Urbanistique car il concentre des logements collectifs dans un secteur en cul de sac et isolé (aggravation des problèmes de parking et de circulation au centre du village, problèmes de sécurité).
  • Ecologique car il va enclaver le vallon dans l’urbanisation et conduire à dégrader l’environnement de cette zone humide littorale patrimoniale, reconnue pour son intérêt faunistique et floristique (ravinements, pollutions, surfréquentation …).
  • Touristique car il va ruiner l’intérêt paysager du sentier littoral et de la petite plage qui se trouvent à proximité immédiate, deux endroits encore sauvages tant appréciés des promeneurs et des baigneurs !

Votre mobilisation a déjà permis de sauver le domaine de l’Ermitage à la Coudoulière (désormais propriété du Conservatoire du Littoral) de l’appétit des promoteurs : le béton n’est pas une fatalité en zone littorale !

Aujourd’hui nous avons besoin de votre soutien pour sauver du bétonnage le vallon de Cavalas

Ensemble nous demandons le retrait du projet d’ouverture à l’urbanisation prévu dans le PLU de la Commune de Saint Mandrier (OAP de Cépet), qui menace le vallon de Cavalas.

Signez la pétition en ligne, faites circuler parmi vos contacts

ou imprimez la pétition, signez et faites signer autour de vous,

renvoyez la pétition à l'adresse indiquée ou par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. après l'avoir scannée.

(Cette pétition sera envoyée à Monsieur le Maire de Saint Mandrier, à Monsieur le Préfet du Var, au Ministre de l’Ecologie, et à l’Union Européenne.)

Vallon vue de la mer2