Depuis 1983, soit près de 40 ans, notre association est chaque jour sur le terrain pour gagner de précieuses victoires pour l’environnement, pour la presqu’ile. Notre indépendance est le gage de notre liberté de parole et d'action, en tous lieux et en toutes circonstances. Garantissez notre indépendance et gagnez les victoires de demain avec nous ! Adhérez et Faites un don !

Cette semaine, dans le nord de l’Europe, des isotopes radioactifs d’origine artificielle, césium 137, césium 134 et ruthénium 103 notamment, ont été détectés dans l’atmosphère à de très faibles niveaux sans incidence sur la santé humaine, ni l’environnement. Les stations de surveillance de la radioactivité qui ont détectées cette augmentation sont installées dans le secteur sud de la Suède et de la Finlande, l’Estonie et la Lettonie. 

L’Organisation du traité d’interdiction complète des essais nucléaires, qui supervise un réseau de stations de surveillance de la radioactivité de l’atmosphère au niveau mondial a indiqué avoir également observé une légère hausse de la radioactivité dans cette région.

Pour autant aucun incident ou rejet anormal n’a été signalé par les pays nucléarisés de cette zone : Suède, Finlande et Russie. Les différentes Autorité de sûreté nucléaire nordiques ont déclaré qu’il ne leur avait pas été possible d’identifier la source de ces augmentations de radioactivité.

A Toulon, la station de surveillance du débit de dose gamma ambiant a également montré des fluctuations tous les jours de cette semaine. Si ces fluctuations sont, elles aussi, bien dues à une activité humaine et sans effet sur la santé humaine et l’environnement, aucun lien de causalité avec l’augmentation des niveaux observés dans le nord de l’Europe.

20200628 Evolution station 1040 du 14 au 28 juin

L’analyse au cours du temps des données transmises par la sonde de télémesure montre que chaque jour de la semaine dernière un pic d’activité a été mesuré entre 10h00 et 20h00. Ici encore, ce sont certainement des « tirs » de gammagraphie qui ont été enregistrés par la station (lien vers notre précédente explication sur la Seyne du 15 juin).

L’intérêt de ces stations de surveillance de la radioactivité, s’il en était encore besoin, n’est donc pas à démontrer puisqu’il permet à tout un chacun de s’informer du niveau de radioactivité en Europe. Malheureusement, elles ne sont pas très nombreuses sur le territoire français, en particulier aucune à Saint Mandrier, par rapport aux réseaux de nos amis européens, même ceux dépourvus d’installation nucléaire...