Le 16 mai dernier sous l’intitulé INFOX INTOX Municipales - Histoire d'enfumage, nous vous montrions comment M. Vincent clamant dans le bulletin municipal sa vigie anachronique : “Il est minuit, braves gens, dormez en paix...” voulait faire croire qu’il avait réglé la pollution due aux fumées des transports maritimes toulonnais.

Aujourd’hui, un documentaire d’enquête réalisé par le réseau de médias européens EIC démontre comment le transport maritime parvient en réalité à échapper à toute réforme visant à réduire ses émissions, malgré les dommages infligés à l’environnement et aux habitants des villes portuaires. Cliquez sur l'image ci-dessous.

Image Black Trail pour le lien vers le sitel'

Documentaire Black Trail (« La Trace noire »),
réalisé par le réseau de médias d’investigation European Investigative Collaborations (EIC),
diffusé par Médiapart (si les sous-titres français ne s’affichent pas, cliquez sur le bouton « CC » du lecteur vidéo).

Chaque année, plus de 50 000 navires transportent 90 % des biens échangés sur la planète, tandis que 30 millions d’individus passent leurs vacances sur d’immenses bateaux de croisière aux allures de villes flottantes. Evidemment, tout cela a un coût très lourd, pour l’environnement comme pour la santé des riverains des ports.

Corsica Ferries

Corsica ferries au départ de Toulon ce 28 mai à 19h52 libère son panache de polluants devant Saint-Mandrier.

Le transport maritime est un secteur très polluant, responsable de 3 % des émissions de CO2 mondiales, de 15 % pour les oxydes d’azote et 13 % pour les oxydes de soufre…. En outre, la combustion incomplète des hydrocarbures lourds utilisés pour les moteurs Diesel des navires libère également du noir de carbone. Celui-ci se présentent sous forme de particules sphériques de 10 à 500 nm suspectées d’être cancérigène. Comme nous vous l’indiquions, l’OMI a imposé l’an dernier un fioul lourd moins chargé en soufre. Mais, ce nouveau carburant lourd « mélangé » ne réduira pas les émissions de CO2 et augmentera les émissions de noir de carbone (ou suie), polluant qui se dépose sur les glaces de l'Arctique et accélère le réchauffement climatique. Ce dépôt noir est également observé localement sur toute surface sous l’influence des retombées des fumées des navires.

Pour en savoir plus : https://www.mediapart.fr/studio/documentaires/international/trace-noire-comment-le-transport-maritime-pollue-en-toute-impunite

Dans le Mandréen d’avril 2021, M. Vincent indiquait qu’il « obligeait les ferries qui passent devant chez nous à utiliser un fioul bas niveau de soufre » et nous accusait d’être dans le verbe parce que nous parlions «de pollution par le trafic maritime auquel serait soumis les Mandréens ». En effet, cela fait plus de 20 ans que nous demandons de réduire la pollution atmosphérique insistant pour l’électrification des quais portuaires de l’ensemble de la rade et l’utilisation de combustibles moins polluants et décarbonés comme l’hydrogène !  

En réalité, M. Vincent n’est pour rien quant à une utilisation de combustible à bas niveau de soufre. En effet, depuis le 1er janvier 2020, afin d’être en conformité avec la directive européenne 2012/33 du 21 novembre 2012, les armateurs ont trois options : (1) utiliser du fuel plus raffiné contenant moins de 0.5% de soufre (LSFO), (2) équiper leurs navires de système de retraitement des gaz d’échappement en sortie de cheminée (scrubber) ou (3) basculer vers des modes de propulsion des navires moins polluants (électrique ou au GNL). (voir notre post à ce sujet : 1er janvier 2020 : Le fuel lourd est mort ! Vive le fuel lourd avec scrubber !).

Malheureusement, les navires équipés de scrubber peuvent utiliser, à quai ou en mer, du combustible marin dont la teneur en soufre est de 3,50 %, si le rapport d’émissions de SO2 (ppm)/émissions de CO2 (% v/v) est inférieur à 151,7.

Concernant la pollution générée par les bateaux de croisière et ceux de Corsica Ferries peu d’évolution pour la protection des poumons et la santé des Mandréens. Lorsqu’ils arrivent ou partent de la petite rade, ces navires continuent à émettre leur panache de pollution chargé en oxyde de soufre, dioxydes d’azote et particules inférieures à 2,5 micromètres. Pourtant la Cour européenne de justice a condamné la France en octobre 2019 pour ses manquements en matière de lutte contre la pollution atmosphérique.

Corsica Ferries

Avec d’autres associations, nous demandons depuis des années l’installation de stations supplémentaires pour le contrôle de la qualité de l’atmosphère dont une à Saint-Mandrier, mais toujours rien en vue derrière les panaches. Pas de résultats de mesures, donc pas de problème ! Aussi l’APE participe à une action citoyenne de caractérisation de la qualité de l’air de la Métropole avec la mise en place de micro-capteurs chez les particuliers. Si vous êtes intéressés par cette action et souhaitez installer un capteur chez vous, n’hésitez pas à nous contacter (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) pour bénéficier d’un prix d’achat groupé.

Capteur citoyen Mesure des particules

Encore un record dont nous nous serions bien passé! La société néerlandaise fabricant de systèmes GPS et d'aide à la navigation TomTom vient de publier son classement des 400 villes les plus embouteillées de 57 pays. Ce classement résulte de l'analyse des données fournies par les GPS des voitures circulant dans plusieurs milliers de villes du monde.
En France, des 25 villes étudiées, il ressort que Paris est encore une fois la ville la plus embouteillée et Toulon classée à la 7ème position, juste derrière Lyon (!) avec un taux de congestion de 29% sur l’année 2019, en augmentation d'un point par rapport à 2018. Chaque jour ouvré ce sont en moyenne 16 minutes qui sont perdues dans les embouteillages du matin et 20 minutes le soir, soit 36 minutes par jour et un total de 135 heures par an, soit 5,6 jours ! Par contre quatre villes, Marseille, Montpellier, Saint-Étienne et Avignon, ont vu leur indice de congestion diminuer en 2019.
20200131a
Ce n'est pas une surprise pour notre agglomération puisque ce niveau de congestion routière engendre une pollution persistante vue l'insuffisance des actions entreprises par TPM pour améliorer la situation. D'ailleurs, en 2017, Toulon était classée la 4eme grande ville de France du classement des villes françaises les plus polluées aux particules fines (voir ce lien). Aussi, devant l'inaction à lutter contre la pollution atmosphérique des grandes villes françaises, l'an dernier la Cour de Justice de l’Union européenne a condamné la France le 24 octobre 2019 pour non-respect de la directive de 2008 pour dépassement « de manière systématique et persistante la valeur limite annuelle pour le dioxyde d’azote (NO2) depuis le 1er janvier 2010 dans douze agglomérations et zones de qualité de l’air françaises, à savoir …Toulon..." Une situation qui malheureusement ne devrait pas s’améliorer en 2020.
20200131b

A partir de l’été prochain, la direction de Corsica Ferries s’est engagée à alimenter ses navires en carburants marins dont la teneur en soufre n’excède pas 0,1%, dès leur entrée en zone de pilotage dans la grande rade ainsi que lors de leurs escales au port de Toulon, y compris celles de moins de deux heures.

Cet engagement répond en partie à la pétition de MART à laquelle l’APE s’est associée pour éviter que les émissions des bateaux transitant en rade de Toulon aggravent la pollution atmosphérique de la métropole (voir la petition pour des bateaux propres).

Cet engagement, sur une base volontaire à saluer, renforce les dispositions de la Directive europénne entrée en vigueur le 1er janvier 2020 requérant aux armateurs de navires à passagers l’utilisation de carburant à 0,5 % de soufre lorsqu’ils naviguent en mer et à 0,1 % de soufre lorsque leurs escales à quai durent plus de deux heures.

P9070067 Corsica ferries filigrane P9180029 Corsica Ferry filigrane

La compagnie Corsica Ferries avec d’autres armateurs ont déjà signée cet engagement avec Nice et de Cannes. Cet engagement est particulièrement bienvenu pour les ports en attente des équipements de branchement électrique à quai. L’engagement de Corsica Ferries est donc une bonne nouvelle qui répond à la question que nous posions le 1er Janvier dernier en ces termes: “Pourquoi l’armateur, ne minimise-t-il pas l’impact de ses navires sur notre santé en utilisant immédiatement en mer et au port lors des escales de courtes durées du fuel à 0,1% en soufre, soit quand même 10 fois au-dessus de la limite pour le diesel des véhicules qu’ils transportent ?” (voir notre précédent article).